Haut de page

Commission scolaire de Laval

Vous êtes enseignant et constatez de plus en plus de dérapages et de problèmes liés aux médias sociaux.

Pourtant, nos jeunes sont toujours aussi intelligents, talentueux et bien intentionnés qu'auparavant, direz-vous.

Alors... qu'est-ce qui cloche?  

Nous sommes en 2018. Revenons seulement 10 ans en arrière. Nos adolescents étaient déjà exposés à tout le contenu du web.

Seulement, voilà, ils n'y étaient qu'exposés.

 

Ils regardaient, lisaient ou visionnaient du contenu, puis prenaient position sur le sujet, entre amis, dans l'agora de la polyvalente et on en finissait généralement là. 

Renversement de situation aujourd'hui: nos jeunes produisent eux-mêmes leur propre contenu audio, visuel, écrit ou vidéo et disposent de nombreux médias pour le publier à une audience pratiquement illimitée. L'impact de leur opinion se trouve donc décuplé par rapport à la même opinion formulée il y a 10 ans, à l'intérieur de l'enceinte de l'école.

Cette nouvelle identité dite (à l'ère du ) «numérique» est toutefois indissociable de l'identité personnelle d'un jeune. En effet, il construira la première de la même façon que la seconde, soit petit à petit, chaque fois qu'il se trouvera devant un dilemme éthique dans sa vie de tous les jours. C'est pourquoi il importe d'envisager avec lui les enjeux propres au monde numérique. Des enjeux qui le toucheront tout au long de son parcours scolaire.

Aucune réponse ne sera juste ou erronnée, aucun des personnages des capsules n'est bon ou méchant; tout est une question de point de vue, de valeurs, de besoins.

 

Nous ne dirons pas aux jeunes ce qui est meilleur, permis ou interdit, nous les accompagnerons plutôt dans le développement de leur propre capacité de jugement. 

Parce qu'ultimement, une fois en ligne, ce sont eux qui prendront les décisions et nous souhaitons que leur jugement éthique sera alors assez développé pour faire des choix éclairés. 

Le but des activités proposées n'est pas de mener des discussions vers un résultat ou une conclusion attendue, mais bien d'amener les jeunes à verbaliser leurs réflexions éthiques afin qu'ils prennent eux-mêmes conscience des enjeux liés à certaines situations délicates.

En ce moment, on met généralement les jeunes en garde: faites ceci ou cela, mais ne faites surtout pas ceci ni cela. Voici ce qui est bon, ce qui ne l'est pas... Il est interdit de... C'est dangereux de... Or, en tant qu'enseignant, lorsque vous croisez sur la rue, un groupe de jeunes fumeurs, planche sous le bras et sans casque protecteur, vous arrêteriez-vous pour leur dire d'éteindre leur mégot et de rentrer chercher un casque à la maison? Non, bien sûr. Vous passez votre chemin, car vous savez fort bien qu'une telle intervention, même aussi bien intentionnée, serait perçue comme isolée et dénuée de sens pour le jeune et n'aurait certainement pas d'impact à moyen ou long terme.

 

C'est pourtant ce mode d'intervention que nous adoptons par réflexe quand vient le temps d'éduquer nos adolescents aux médias sociaux! Sommes-nous donc surpris de constater que nos nombreuses mises en garde restent vaines?   

 

Développons plutôt leur compétence à juger éthiquement afin qu'une fois seuls derrière leur écran, les jeunes prennent les meilleures décisions possibles, pour eux.

Amener les jeunes à réaliser à quels besoins répondent leurs comportements en ligne, légitimer ces besoins et trouver des façons plus éthiques d'y répondre, d'être en mesure en tant qu'élève de se mettre à la place des autres pour comprendre des points de vue différents du nôtre, de réfléchir ensemble sur nos jugements de valeur et de prendre position. Voilà autant de défis que propose ce site web évolutif du 3e cycle du primaire à la fin du secondaire.

Enfin, merci de demeurer ouverts aux opinions que formuleront vos élèves et souvenez-vous que les apprentissages sont évolutifs ;-)